bande anti-ragage

Discussion dans 'Construction et aménagement' créé par jpr44, 9 Juillet 2017.

  1. jpr44

    jpr44 Membre bien connu !

    Bonjour à tous.

    Je soumets à la sagacité de la communauté kayakiste la question du choix de la bande anti-ragage.

    1) le choix du matériau : kevlar ou keel-easy.


    Le système keel-easy est très tendance parce que, a priori, assez simple à mettre en place cf. les tutoriels disponibles. Mais quelle résistance peut-on en espérer au fil des années ?

    La bande kevlar (ou autre fibre) stratifiée à l'époxy. Ca va demander un peu de soin mais les tutoriels sont assez clairs, notamment ceux qui document l'utilisation de film alimentaire étirable pour obtenir un bel état de surface :



    Cette vidéo est intéressante car elle montre comment centrer correctement la zone à travailler mais le mec a bien le moral de travailler à mains nues : bonjour les allergies …

    Et utiliser du diolen en bande de protection, qui a testé ?




    Cette vidéo montre l'utilisation du film alimentaire : superbe résultat avec zéro ponçage !!!

    Je passe sur les bandes en matériau souple, élastomère type zodiac : très bon résultat mais poids important.


    2) poids de la bande et longueur de la bande.

    Justement, à propos du poids, je sais qu'une bande stratifiée en kevlar sur toute la longueur du kayak va l'alourdir de 1 à 2 kg, selon le soin apporté à l'affaire (je connais un beau bateau actuellement en vente, équipé avec une telle bande : ça a bloqué ma décision d'achat, hélas !!!) .


    D'où ma question : est-ce que ça a du sens et une utilité d'aller installer une bande anti-ragage sur toute la longueur du kayak ?


    J'en vois l'intérêt évident pour les 40 cm de longueur à la proue et à la poupe, là où c'est très exposé mais sous l'hiloire, en quoi une petite protection de 5 cm de large aura une quelconque utilité ? Par quel miracle le mauvais caillou agressera la coque pile poil en plein milieu du boat ?


    Je veux bien admettre qu'avec le système keel-easy c'est peut-être mieux de conserver toute la longueur de la bande et de ne pas prévoir d'interruption dans la bande. Encore que …

    Bref, je serai assez partisan de réduire la longueur de ces bandes anti-ragage , kevlar stratifié ou keel-easy, à la longueur la plus réduite possible : les kmers sont bien assez lourds pour ne pas en rajouter pour le plaisir ou le look …

    Techniquement, qu'en pensez-vous ?


    Pour finir, un hors sujet total, mais connaissez-vous ce type ?


     
  2. Gilles33260

    Gilles33260 Membre bien connu !

    2) poids de la bande et longueur de la bande.
    Justement, à propos du poids, je sais qu'une bande stratifiée en kevlar sur toute la longueur du kayak va l'alourdir de 1 à 2 kg, selon le soin apporté à l'affaire.


    Que nenni, au max tu alourdis de 250 à 350 grs sur un 17 pieds avec une bande de 30mm.
    Comme son nom l'indique, la bande de ragage protège ta ligne de quille. Perso je les pose que sur les oeuvres vives, soit du brion jusqu'à la voute. L'été dernier, j'ai ainsi protégé tous les kayaks du club ainsi que ceux de quelques membres. J'ai utilisé 1 Kg d'époxy pour la pose de 80m de tresse Aramide
     
  3. jpr44

    jpr44 Membre bien connu !

    M
    Merci pour ta réponse qui vient confirmer ce que je pressentais : sur un kmer, la bande anti-ragage n'est vraiment utile que pour les extrémités du bateau.
    Alors, ok, dans ces conditions le poids ajouté au kayak va être très réduit.
     
  4. Gilles33260

    Gilles33260 Membre bien connu !

    Pour l'achat, je me sers chez Sport Carbone, c'est en RP. Bande aramide largeur 30mm
     
  5. jpr44

    jpr44 Membre bien connu !

    Je relance le sujet car, ayant acquis un nouveau bateau (Arro Play MV) , j'envisage la pose d'une Keel Easy parce que le matériau semble efficace, relativement simple à mettre en place et d'un poids réduit.

    Mais un esprit chagrin m'a dit : attention, ça va pourrir les performances et la glisse de ton bateau !!!

    Info ou intox ?
     
  6. jpr44

    jpr44 Membre bien connu !

    Voici un petit retour d'expérience d'une pose de bande Keel Easy.

    Cela m'a semblé utile dans la mesure où l'opération n'est pas exactement aussi aisée que les marchands le prétendent ni que les vidéos semblent le démontrer.

    Premier point : c'est une évidence, ça en fera rire certains, mais il faut le rappeler et insister, si la température du soufflant thermique est excessive ou/et appliquée trop longuement sur une même portion de la bande, il y a un risque très sérieux que ladite bande fonde. Moralité : être très attentif et concentré pendant l'action.

    Second point : le centrage de la bande.
    Contrairement à ce qu'on voit sur la vidéo, ne surtout pas croire que le centrage de la bande se fera aisément à l'œil en tirant la bande en une seule opération de la proue à la poupe comme le pratique le démonstrateur. Mon soupçon est que le gars a posé 50 bandes avant d'arriver à ce magnifique résultat sans problème de symétrie. Si c'est la première bande qu'il pose chapeau l'artiste !!! mais je n'ai pas sa dextérité.

    La bonne solution est de tracer au feutre effaçable des petits traits à la dimension de la largeur de la bande et en se basant sur la ligne de quille y compris évidemment pour les portions très plates du bateau. Cela facilitera grandement la pose bien symétrique de la bande. Dit autrement : préparer son chantier, ça n'est pas une perte de temps !

    La pose elle-même : dans la vidéo, le démonstrateur arrache en un seul geste la totalité du ruban protecteur de la colle et ensuite, pose avec maestria sa bande sans aucun problème de symétrie et commence immédiatement à appliquer le souffle d'air chaud.

    Pour les maladroits et les méfiants, il est beaucoup plus réaliste, si ce n'est raisonnable, de procéder calmement et progressivement par portions de 10 cm : positionner la bande entre les repères tracées au feutre, enlever la protection, plaquer la bande et passer le décapeur thermique En procédant ainsi, de proche en proche, on contrôle la symétrie de la pose, la bande en attente de pose reste bien maîtrisée.

    Par ailleurs, pour ne pas risquer la surchauffe, il est intéressant de travailler à mains nues, la température utile (le fabricant indique : 70° C maxi) étant parfaitement supportable et permettant ( le refroidissement est très rapide) de bien presser la bande sur la coque. En fait, avec un gant protecteur, on perd de la sensibilité et ça devient risqué pour la qualité du produit (voir premier point). De ce point de vue, il est bien plus confortable de travailler à deux personnes, le chauffeur de bande et l'applicateur de bande.

    Ensuite, pour les coques à profil anguleux type Tide Race, Rockpool et autres embarcations de ce type, il est tout à fait utile de bréler des petits morceaux de bois fermement appliqués avec force garcettes et autres ficelles : le matériau est déformable parce que chauffé mais la déformation a ses limites et le produit conserve une mémoire de forme importante. Il faut vraiment forcer pour que la bande accepte de se plaquer sur les angles vifs de la quille. Laisser le brélage en place toute une nuit et ne pas hésiter à reprendre l'affaire si la bande fait un vilain pli…

    Dernier point : le choix de la couleur.
    Petite filouterie esthétique, certes, mais poser une bande blanche sur une coque blanche permettra à la fin du taf de se faire beaucoup moins mal aux yeux, si des petits défauts de symétrie devaient se produire au moment de la mise en place, que ce qu'on pourrait obtenir avec une jolie bande noire…

    Puits de dérive : pas de problème de découpe si on utilise un tout petit cuter avec une lame neuve et qu'on procède à la découpe en plusieurs étapes.

    Résultat : pour 60 euros, une bande d'un poids très raisonnable de 300 g.

    Durabilité du machin ? mystère mais ce qui est certain c'est que les bavures de colle s'enlèvent sans difficulté à l'essence F.
     

Partager cette page